Ouidah - La route des esclaves


Si votre résolution d'écran est inférieure à 1024x768, nous vous conseillons de mettre plein écran :


Aller à Ouidah, c'est faire, parmi bien d'autres choses, une longue reconnaissance de la sinistre période esclavagiste que menèrent les européens sur les côtes de l'Afrique de l'Ouest, le Golfe de Guinée en particulier ...
Cette place devint, entre le XVIème et le XIXème siècle, le pivot de la traite qui alimentait les plantations d'Amérique Latine et des Caraïbes, celles du Brésil notamment. Ouidah est une ville marquée par l'histoire de l'esclavagisme en Afrique et de nombreuses cicatrices subsistent encore.
"Ouidah 92", sous l'égide de l'UNESCO et du Président de la République Démocratique du Bénin, Nicéphore Soglo, a été un vaste retour sur cette période de l'histoire du pays. A cette occasion de nombreux monuments furent restaurés ou érigés.
Au bord de la plage, sur les lieux même où embarquèrent les esclaves, a été dressée "La Porte du non Retour". Cet endroit marquait la dernière étape d'une longue souffrance que subissaient ces hommes, ces femmes, et aussi ces enfants, avant d'être triés comme du bétail et entassés, suivant la position "sardine", dans les bateaux des négriers pour être vendus aux Amériques.
Après une visite de la paisible lagune, nous vous proposons de parcourir "la route des esclaves", chemin qui menait du village de Zounbodgi, où étaient parqués les esclaves, au point précis où les attendaient les pirogues, à deux kilomètres de là.
Cette longue marche douloureuse était l'aboutissement d'un long calvaire qui signifiait pour ces êtres désemparés : Zomaï, vente aux enchères, arbre du retour, arbre de l'oubli ou tout simplement mort. Certains, pour ne pas quitter la terre de leurs ancêtres, choisissaient le suicide en mangeant le sable de la plage ou en s'ouvrant les veines à l'aide de leurs chaînes.


Pour démarrer la navigation appuyer sur les boutons(défilement automatique) ou(photo suivante)

Début de séquence précédente : La fête à Covè Fin de la séquence

Pour l'utilisation de la barre de navigation vous pouvez consulter la page aide (cliquez ici)