Ouidah

 Bas de la page  La lagune    Menu : L'histoire et la vie culturelle du Bénin  Livre d'or  Nous écrire




...


La lagune

 Bas de la page  La route des esclaves  Haut de la page  Haut de la page


A la tombée du jour, ... ... faisons un tour ... ... au bord de la paisible lagune ... ... ... et laissons les pêcheurs rentrer au village après s'être adonné à leur labeur quotidien ...


La route des esclaves

 Bas de la page  Le monument  La lagune  Haut de la page

Nous voici sur la route des esclaves ... ... ce long chemin était parcouru par les esclaves enchaînés ... ... ... jusqu'à l'endroit précis où ils étaient embarqués sur les négriers ... C'est sur cette plage qu'apparurent les premiers européens, les yovos. Ce bateau symbolise leur arrivée. Il est devenu l'emblème du roi Agadja (1708/1740), conquérant de Ouidah et premier roi aboméen à avoir traité avec eux ...


Le monument

 Bas de la page  Le Zomaï  La route des esclaves  Haut de la page

Avant d'être embarqués, les esclaves subissaient d'atroces traitements qui devaient les préparer à leurs nouvelles conditions ... Ceux qui ne résistaient pas étaient jetés dans une fosse commune ... C'est à l'endroit où furent découverts leurs dépouilles, que fut érigé ce monument, à leur mémoire ... Dans un coin, les rayons du soleil ... ... tandis que l'esclave libéré brandit ses chaînes brisées ... ...
... ... dans un autre coin du monument, un esclave est emmené par un gardien ... ... Afin de les soumettre, les esclaves, femmes ... ... et hommes, étaient bâillonnés et ligotés. Toute communication était impossible ... ...


Le Zomaï

 Bas de la page  Les rues  Le mmonument  Haut de la page

Cette statue trône à l'entrée d'un espace, jadis consacré au zomaï ... Zomaï signifie : que le feu ou la lumière ne s'y hasarde point.
En effet, en cet endroit, se trouvait une grande case hermétiquement close où les esclaves étaient enfermés dès leur arrivée à Zounbodgi et d'où ils ne sortaient que pour être transférés vers l'arbre du retour. Cette séquestration absolue désorientait totalement les esclaves et rendait extrêment difficile toute tentative de fuite ou de rébellion. Ce séjour ici les conditionnait pour la vie de promiscuité et d'obscurité des cales des négriers.
Sur le socle de la statue est accrochée cette plaque commémorative dont le texte a été écrit à la mémoire des esclaves qui subissaient, ici, d'atroces souffrances avant d'être embarqués sur les négriers. Cette statue, qui représente les différentes ethnies et cultures du Bénin, a été placée dans cette enceinte pour symboliser l'unité des africains ... A ses côtés sont représentés les esclaves "récalcitrants". Ces derniers étaient bâillonnés ... ... puis solidement attachés en position accroupie sur une chaise de porteur ...
... pour être transportés de force par ses propres compagnons d'infortune ... ...


Les rues

 Bas de la page  Bas de la page  Le Zomaï  Bas de la page

La place des enchères ... C'est sous cet arbre et en cette place
que se tenaient les enchères publiques pendant lesquelles les esclaves destinés aux Amériques, étaient troqués contre des marchandises de pacotilles. ... ... L'arbre du retour
En sortant de zomaï, les esclaves devaient faire trois fois le tour de cet arbre. Cette cérémonie signifiait que le souffle des esclaves reviendrait ici après leur mort. Le retour dont il est question ici n'est donc pas physique, mais mystique. L'arbre du retour L'arbre de l'oubli - En ce lieu se trouvait l'arbre de l'oubli. Les esclaves mâles devaient tourner autour de lui neuf fois, les femmes sept fois. Ces tours étant accomplis les esclaves étaient censés devenir amnésiques. Ils oubliaient complètement leur passé, leurs origines et leur identité culturelle, pour devenir des êtres sans volonté <BR>de réagir ou de se rebeller ... Tout près d'ici, un lieu de culte ... - Au premier plan, l'amazone
... à l'orée du village ... ... ... ... ...
... ... ... ...


La route des esclaves (suite)

 Bas de la page  Le Zomaï  La route des esclaves  Haut de la page

Revenons à la route des esclaves. Le chemin est bordé de sculptures, oeuvres du sculpteur béninois Cyprien Tokoudagba ... Ces sculptures, édifiées dans le cadre des manifestations de Ouidah 92, font ressurgir les fondements culturels de l'époque ... fondements encore profondément ancrés dans la vie des béninois d'aujourd'hui .... Voici le caméléon ... emblème du roi Akaba (1680-1708) fondateur du Danxomè Une représentation de Mami Wata, la terrible déesse de la mer, maîtresse de ces lieux ...
... ... Une amazone ... Ces redoutables guerrières ont constitué le premier corps d'armée féminin du Danxomè, créé par le roi Ghézo ... Le dieu Dan ...
... avec ses trois têtes ... Un personnage mythique ... ... ... ... quelques mois après notre premier passage, les sculptures avaient été repeintes. Marie-Jeanne était revenue avec Vincent et les enfants ...
Le caméléon Le dieu Dan ... ... et son autre symbole, le python ... L'amazone L'esclave bâillonné et ligoté

 Haut de la page    Menu : L'histore et la vie culturelle du Bénin  Livre d'or  Nous écrire