Bababo


Nous savions que la maison des Amikpon était peuplée d'autres habitants que ceux que nous connaissions en chair et en os. Quand nous rendions visite à Michel ou Anatole, eux même assis dans une petite chambre sombre, une voix caverneuse, sortie des ténèbres, nous interpellait ... Elle nous demandait des nouvelles de nos proches parents, de nos activités en cours, enfin tout ce qui pouvait toucher à notre vie quotidienne. Tout ceci se terminait généralement par de petites phrases d'approbations et d'encouragements ...

Un jour, alors que nous étions installés à bavarder sous le manguier familial parmi nos cousins, un cri strident nous avertit d'une présence soudaine. Un revenant, majestueux, se tenait droit debout devant nous.

Nous avons respectueusement engagé la conversation ... Après nous avoir souhaité la bienvenue, le revenant s'est présenté, nous a donné son nom et décrit l'étendue de ses pouvoirs. Il nous a demandé les raisons de notre présence dans cet endroit si éloigné de notre demeure. Nous lui avons expliqué les motivations de nos voyages, nous avons décrit l'infinie richesse que nous trouvions dans ce merveilleux petit pays qu'est le Bénin, et l'aide précieuse que nous donnait les Amikpon pour en apprécier la juste valeur. Satisfait le revenant nous a annoncé qu'il nous mettait sous sa protection, y compris dans notre lointain pays, Yovotomè ... Nous l'avons chaleureusement remercié, nous lui avons donné une petite obole et il disparut comme il était venu ...

Quelques temps plus tard nous avons donné une fête dans la maison des Amikpon. Les batteurs se sont installés, ont joué quelques morceaux d'achiko pour nous faire danser, nous et l'assistance ... Puis Michel, jouant du ogbon, s'est lancé dans de tumultueux appels ... Un cri caverneux a retenti du côté des baraquements et notre revenant est de nouveau apparu ...
Exécutant quelques pas de danse, il fit le tour de l'assistance qui lui souhaita la bienvenue en poussant des cris de joie ... Les enfants, enthousiastes et confiants, couvrant le bruit des tamtams, hurlaient avec une parfaite conviction et à plein poumon :

"Bababo, Babao, fais rouler l'an 2000 ..."

Michel continua ses appels. Un deuxième revenant, vêtu de rouge, apparut. A son tour il fit le tour de l'assistance qui, dans le même élan, lui souhaita, à lui aussi, la bienvenue ...

Les batteurs entreprirent de jouer de nouveaux morceaux, les revenants, rivalisant de virtuosité, se mirent à danser, chacun leur tour et la fête continua pendant plusieurs heures ...

Comme pour la séquence précédente, "les kovitos", nous vous livrons la plupart de nos images sans commentaires vous laissant le soin de faire vagabonder votre imagination ...

Pour ceux qui bénéficient de l'ADSL ou autre internet à haut débit, ainsi que de Windows XP ou qui ont installé Winamp (cliquez ici) sur leur PC (ces deux conditions doivent être remplies), nous les invitons à se brancher immédiatement sur la musique des Amikpon (cliquez ici), écouter l'ambiance sonore spécifique de cette fête et profiter des rythmes endiablés des danses de revenants. Ils pourront entendre les cris des enfants (Bababo, Bababo ... fait rouler l'an 2000), ainsi que la voix caverneuse des revenants qui s'adressent au public. C'est Michel qui chante (secondé quelque fois par Anatole) et Kiki Daho qui joue du ogbon, soutenus par l'ensemble des musiciens Amikpon ...



Pour démarrer la navigation appuyer sur les boutons(défilement automatique) ou(photo suivante, mode défilement manuel)

Début de séquence précédente : Les kovitos Fin de la séquence

Pour l'utilisation de la barre de navigation vous pouvez consulter la page aide (cliquez ici)