Voyage de Marie Jeanne
Mars/Avril 1998
Si votre résolution d'écran est inférieure à 1024x768, nous vous conseillons de mettre plein écran :
Sommaire résumé Acceuil Livre d'or Nous écrire




Cette série de séquences relatent le voyage entrepris par Marie Jeanne en 1998. Cette année là m'étant consacré à d'autres horizons, pour ne pas perdre les fabuleux contacts que nous avions noués les années précédentes, profitant de l'importance d'une fête funéraire d'un oncle à Covè, nous avons décidé que Marie Jeanne partirait seule au Bénin.
Face aux enfants, Marie Jeanne n'a pu échappé à l'engouement que provoque l'éclat de leur spontanéité et de leur créativité. Elle s'est attaché principalement aux mimiques des enfants de Vincent, Fréjus, Omer et Chantal, ... Karine et Kiki (la grande soeur et le grand frère) dont nous avions fait la connaissance les années précédentes. Les petits bout de choux avaient déjà terriblement grandis et il était difficile d'échapper à la séduction de leurs grands yeux blancs trônant au dessus de leurs sourires malicieux.
Cette année-là, les Amikpon ont tenu à spécialement honorer Marie Jeanne en organisant une fête où femmes et enfants ont ouvert les festivités par leurs chants et leurs danses. Ce fut ensuite un concert Amikpon. La fête s'est terminée en soirée, tard dans la nuit.
Fidèle à notre démarche de curiosité, Marie Jeanne a rendu de nombreuses visites dans les villages qui se sont bâtis au bord de l'Ouémé, au nord de Porto Novo. Ce fut pour elle l'occasion de photographier la lagune parcourue par son petit peuple de pêcheurs dont les huttes et les cases s'égrènent tout au long du rivage de ce grand fleuve béninois.
Prise de plein fouet dans les fêtes funéraires de l'oncle de Covè, Marie Jeanne a eu l'occasion de photographier les ébats des revenants sortis à l'occasion dans cette ville. Elle a aussi assisté au choeur de deux tambours Sato. Ces immenses tambours, issus d'un rite royal, sont initiés par couple. Ils sont frappés pour les grandes occasions par des orphelins de père, de mère ou des deux à fois. Deux groupes se répondent l'un à l'autre dans le fracas étourdissant des danses et des rythmes sacrés.
Enfin en visite dans le village natal des cousins, Hondji, au Nord de Porto Novo, arrivant un soir, au coucher du soleil, dans les ruelles du village, Marie Jeanne et Vincent ont surpris les acrobaties d'un zangbéto blanc ... Ces masques, fantomes de la nuit, recouverts d'une épaisse robe en rafia et très présents dans les grandes villes du Sud Bénin, sortent généralement la nuit pour exercer un rôle de police ...

Accéder au sommaire résumé : Sommaire résumé





 Marie Jeanne s'est liée à de nombreux enfants soit à Porto Novo, chez les cousins, soit pendant ses multiples périples qu'elle a exécutés pendant son voyage. Ce sont surtout les enfants des cousins qui ont attiré l'attention de son appareil photo. Les enfants du BéninMosaïque : Les enfants du Bénin
 Les Amikpon aiment faire la fête, chez eux, sous le manguier de la maison familiale à Porto Novo. Une folle ambiance s'installe alors dans tout le quartier. Cette fois-ci ce sont les enfants et les femmes qui ont commencé les réjouisances, en première partie du concert des Amikpon. La fête des AmikponMosaïque : La fête des Amikpon
 Une promenade en pirogue dans la lagune de Porto Novo, avec son calme nonchalant et ses pêcheurs blageurs ... La lagune de Porto NovoMosïque : La lagune de Porto Novo
 Afin de rendre hommage à leurs défunts, les Béninois organisent de grandes fêtes publiques. Les défunts sont alors réincarnés par des masques : les revenants. Exceptionnellement, à l'occasion de la commémoration du décès récent d'un vieil oncle, grande personnalité du monde vodoun, des revenants sont sortis à Covè, petite ville du Zou dans le Bénin du Sud. C'est au cours de cette cérémonie que Marie Jeanne a pu prendre les photos que nous vous présentons maintenant ... Des revenants à CovèMosaïque : Des revenants à Covè
 Les tambours Sato sont des tambours sacrés que l'on sort à l'occasion de grandes cérémonies, le décès d'une importante personnalité, par exemple. N'importe qui ne peut pas jouer sur ces tambours. Il faut pour cela être orphelin de père, de mère ou des deux ensemble ... C'est lors d'une cérémonie funèbre, donnée en l'honneur d'un vieil oncle de la famille, à Covè, que Marie Jeanne a eu l'occasion d'assister à ce rite ...Les tambours SatoMosaïque : Les tambours de Sato
 Voici quelques images d'un temple de Covè. Vous pourrez admirer les fresques qui représentent la divinité vénérée dans ce temple.Un temple à CovèMosaïque : Un temple à Covè
 Hondji est un petit village tout proche de Porto Novo, très paisible et très acceuillant. Nos cousins sont originaires de ce village, et chacune de nos visites dans ce petit univers est pour nous une grande joie ...HondjiMosaïque : Hondji
 Les zangbétos sont des masques fantômes, gardien de la nuit. Très présents à Porto Novo, ils étaient particulièrement redoutés : malheur à celui qui n'avait pas la conscience tranquille et qui les rencontrait pendant une promenade nocturne. Maintenant ils sont souvent exhibés en plein jour et, respectés, ils sont plutôt sympathiques. En arrivant à Hondji, petit village proche de Porto Novo, juste après le coucher du soleil, Marie Jeanne a eu la joie de découvrir les ébats d'un zangbéto blanc, caractéristique de cette contrée. Devant un petit groupe de spectateurs ébahis, il s'efforçait, au travers de périlleuses acrobaties, réussies, d'interchanger sa coiffe blanche avec celle que lui présentait un jeune garçon du village ... Le zangbéto de HondjiMosaïque : Le zangbéto de Hondji
 Voici quelques images de la vie quotidienne à Porto Novo, telle que l'a perçue Marie Jeanne en visitant nos amis et cousins  ... La vie à Porto NovoMosaïque : La vie à Porto Novo

Enfin, pour ceux qui ont la change de visiter le Bénin, vous pouvez rendre visite aux Amikpon et même leur demander d'organiser un petit récital pour vous. Comme pour nous, Vincent peut vous servir de guide. Pour les joindre au Bénin : quartier DJEGAN-KPEVI, vers le café AKOSSOMBO 1 000 watts (demander la maison Amikpon) - ou écrire à : Vincent ZINSOU - 02 BP 343 - PORTO NOVO- BENIN (attention, les africains écrivent peu et ont du mal à comprendre qu'un service postal pourrait éventuellement fonctionner et rendre d'énormes services..., même pour recevoir du courrier ...). A tout hasard vous pouvez nous joindre par email (webmaster@amikpon.net) nous nous efforcerons de faire suivre.

Nous avons besoin de votre avis, de vos encouragements et de vos conseils. Pour lire ou signer le livre d'orLivre d'or

Haut de la page Acceuil Livre d'or Nous écrire

Vous pouvez faire des recherches dans le site sur un thème que vous aurez choisi :
Mot:



     Hit-Parade