La fête de Ouïdah
 

Tous les ans, le 10 Janvier, se tient, à Ouïdah, la fête du vodoun. Issu de la culture yoruba, le culte vodoun, de l'ex-Danxomè (Dahomey en français), est à l'origine de tous les cultes vaudous qui se sont manifestés dans les îles des Antilles (Haïti par exemple) ou les pays d'Amérique Latine (comme le Brésil). Les cultes vaudous dérivent de l'animisme importé par les anciens esclaves d'origine africaine. Cet animisme s'est cristallisé autour de cette religion polythéiste probablement la plus évoluée, à l'époque, en Afrique. Ouïdah était, au XVIIIème et au début du XIXème siècle, un des ports principaux de la traite des noirs de l'Afrique de l'Ouest. Ouïdah, sous l'égide du président Soglo, qui a présidé aux destinées de la république du Bénin jusqu'en 1996, est devenu, avec l'île de Gorée, au Sénégal, l'un des principaux mémoriaux de l'esclavagisme européen sur le continent noir. Chaque année, devant le monument de "la porte du non retour", est célébré, face à l'Océan, un culte en l'honneur de Mamy Wata, la déesse de la mer.

(suite)